Hoshi en dévoile plus sur son 1er album

Par défaut

Le grand jour approche petit à petit pour Hoshi. En effet, la jeune chanteuse originaire des Yvelines sortira le 23 Mars prochain son tout 1er album Il Suffit D’y Croire (dont le titre vient d’un tatouage qu’elle a sur le bras) après nous avoir fait découvrir une partie de son univers en 2017 avec son EP Comment Je Vais Faire.

Et franchement, la chanteuse a bien grandi depuis son passage dans Rising Star en 2014, où une grande partie du public l’avait découverte. Elle a réussi à caser deux de ses titres sur les radios, Comment Je Vais Faire et Ta Marinière au point de se faire inviter par celles-ci pour des interviews ou plateaux lives. La chanteuse a également conquis Paris il y a quelques semaines avec son concert à La Maroquinerie.

Il est donc logique qu’elle franchisse le palier supérieur avec un album dont elle a dévoilé la tracklist hier soir:

Pour découvrir cet album en live, voici les prochaines dates d’Hoshi:

  • 22/02: Argentan
  • 08/03: Vic-en-Bigorre
  • 31/03: Orchies
  • 07/04: Notre Dame de Gravenchon
  • 11/04: Le Flow, Paris
  • 02/06: Festicolor, Meung-sur-Loire

L’interview de WOM: Holispark

Par défaut

Je vous l’avais promis ce weekend, alors je ne vais pas vous faire languir plus longtemps: voici donc l’interview du groupe Holispark, qui fait suite à la chronique de leur nouvel album Sonic Bloom postée samedi. Rencontre avec le groupe au complet!

  • Salut Holispark! Comment ça va?

Roch: Salut The World Of Music, salut Pierre-Jean! Notre nouvel album Sonic Bloom est sorti le 2 Février chez Send The Wood Music. Le même jour notre tournée le Golden Garden Tour a débuté et depuis nous enchaînons les concerts et les interviews avec une intensité très nouvelle pour nous… et c’est génial! Nous sommes carrément grisés par ce nouveau chapitre de la vie d’Holispark. Nous dormons assez peu, mais nous sommes très heureux. D’autant que la tournée ne fait que débuter et que nous avons encore de très beaux projets d’avenir… vous verrez!

  • Pouvez-vous vous présenter rapidement?

Nico: Holispark est un groupe de rock lillois composé de 5 musiciens: Manon au chant, Kévin et moi aux guitares, Max à la basse et Roch à la batterie. Nous avons enregistré un EP The Harvest sorti en Janvier 2016 et un album Sonic Bloom sorti en Février 2018. 

  • Comment s’est formé le groupe?

Nico: Le groupe s’est formé sur les cendres d’un ancien projet en Juin 2015. Holispark était alors un trio composé de Roch, Manon et Kévin. Le premier EP The Harvest est alors composé et enregistré en Octobre de cette même année. Max et moi-même avons été recrutés à la base uniquement pour le live. Puis à force de jouer ensemble, de partager des moments de joies mais aussi les galères, le choix de devenir un quintet s’est fait naturellement au moment de composer Sonic Bloom.

  • Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la musique?

Kévin: Je vais vous parler ici d’une histoire très personnelle, c’est l’heure des confessions! (rires).
J’ai commencé à jouer de la guitare à 12 ans. J’ai appris quelques petits morceaux que mon père connaissait: il avait joué un peu de son côté dans sa jeunesse et il avait de bons restes! À la suite de ça, j’ai pris quelques cours mais je n’étais pas passionné, c’était sûrement dû au genre musical abordé à l’école de musique… Et puis, une rupture amoureuse un peu trop douloureuse a eu raison de moi et de mon temps libre: j’ai découvert qu’il m’était impossible de penser à quoique ce soit d’autre lorsque je pratiquais un instrument, ça me vidait la tête et m’apaisait. J’ai plongé la tête la première et ai passé le plus clair de mon été  cette année-là à jouer, jouer, jouer. Je pensais guitare, je mangeais guitare, je dormais guitare! et Plus je jouais, plus je prenais du plaisir à le faire! Depuis, je ne les quitte plus. Et puis Holispark c’est devenu ma raison d’être dès les premiers instants et l’amour que je voue à ce projet ne cesse de s’intensifier. Ça me conforte dans l’idée que la musique fait partie intégrante de moi et que je ne peux plus me passer d’elle?

  • Pourquoi Holispark comme nom?

Max: Holispark c’est l’addition de « Holy » (‘Sacré’ en anglais), « Holi », la fête indienne qui célèbre le printemps et « Spark » qui veut dire littéralement « étincelle » en anglais. Pour nous ça représente toute l’énergie qu’on donne au groupe, c’est ce qui nous donne envie d’avancer et d’aller jouer partout. C’est ce qui fera que si on joue dans un club devant 3 personnes on explosera tout comme quand il y en a 300.

  • Comment décririez-vous votre musique?

Manon: Notre musique est ce qui fait qu’on arrive à tous se rejoindre sur une seule idée. On se comprend, on se détend, on s’éclate. On se contente d’extérioriser nos sentiments et de les faire sonner comme un bloc. C’est chaleureux, sincère. Parfois l’énergie est plus présente, parfois le sentiment prend les devant. La définir c’est la mettre dans une case. Je dirais simplement qu’Holispark c’est Kévin, Roch, Max, Nico et moi qui ne faisons qu’un.

  • Quelles sont vos influences?

Kévin: On provient chacun d’univers un peu différents avec pour racine commune le Rock . Avec le groupe, je sais que l’on se retrouve sur pas mal de choses : Paramore, Marmozets, Farro, PVRIS, Biffy Clyro, Twenty One Pilots, Foo Fighters…
Pour ma part, je suis aussi très branché métal progressif/djent avec comme fer de lance des groupes tels que Periphery, TesseracT, Monuments, Intervals, Disperse, Destiny Potato, Kadinja…
Et puis j’écoute aussi des artistes beaucoup moins énervés que j’apprécie tout autant : Echosmith, Arctic Monkeys, Bloc Party, Bruno Mars, Pharell Williams, Daft Punk…
Je sais que nous n’avons pas tous les mêmes affinités musicales dans le groupe et je pense que notre ouverture d’esprit est une de nos qualités, ça nous permets de créer et d’échanger plein d’idées différentes ; à nous ensuite de le faire sonner « Holispark » !

  • Vous avez sorti votre nouvel album Sonic Bloom, pouvez-vous en parler?

Manon: Sonic Bloom est un peu spécial pour tous les 5, c’est notre premier album, notre première grande collaboration. La première fois que nous nous sommes investis sentimentalement, personnellement et énergiquement sur un projet commun. Nous sommes contents de chaque chanson. Nous avons vraiment tout composé à 5, enfermés dans notre salle de répét’. Parfois fatigués par la journée, parfois excités de retrouver nos potes pour composer. C’est un album dans lequel nous avons mis nos ressentis les plus spontanés, après chaque répétition nous avions un morceau ( quasiment ) fini, ou qui ne nécessitait plus que quelques retouches. Nous n’avons pas voulu en faire trop. Nous cherchions simplement à nous présenter. Les morceaux sont chauds, puis froids. Tendres puis agressifs. Finalement nous avons tous au moins une fois ressentis l’injustice, la fierté, la joie, la tristesse, l’excitation, le besoin de faire mieux, l’échec … c’est l’âme même de notre album.

  • Vous allez faire quelques concerts en 2018, dont un à Arras en Mars dont nous sommes partenaires. Que réservez-vous à vos fans?

Roch: Tu tombes bien car ce concert va effectivement être très spécial ! Nous venons de commencer à travailler avec Alexis DAVID, un très bon ingénieur lumières qui s’est mis en tête de construire avec nous un vrai spectacle. Jusqu’ici, lors des concerts d’Holispark, nous jouions nos morceaux les uns après les autres en faisant en sorte de partager une émotion, un instant, avec le public. C’était chouette. Seulement maintenant grâce au travail d’Alexis, ce ne sera plus un simple concert mais un véritable spectacle. Chaque morceau sera mis en lumières dans les moindres détails afin de plonger la salle complète dans une ambiance « sur-mesure » pour Holispark. La différence est énorme ! Et le 24 mars au Royal Variétés d’Arras, nous jouerons ce nouveau show pour la 2ème fois seulement. Nous avons carrément hâte ! D’autant que la salle est magnifique. Ca va être une soirée géniale !

  • L’interview est finie! Un dernier mot?

Max: Carrément ! Déjà merci à toi de prendre le temps de nous poser ces questions ! Et puis on espère que l’album vous plaira parce qu’on y a mis beaucoup de nous. Et venez faire la fête avec nous pendant nos concerts !
D’une manière générale si vous aimez la musique bougez, voir des concerts, c’est hyper important de supporter les petits groupes en allant les voir et même en leurs achetant un cd, t-shirt ou autre. Faisons en sorte de continuer à développer la scène française !

L’interview de WOM: Psykokondriak

Par défaut

Après Holispark dans la chronique hier, restons dans la belle région du nord pour découvrir un autre groupe assez déjanté: Psykokondriak. Les 6 amis lillois vont bientôt sortir leur 2ème album, et c’est dans le cadre de cette future publication que The World Of Music a pu s’entretenir avec les membres du groupe. Rencontre:

  • Salut Psykokondriak! Comment ça va?

Salut, ça va et toi?

  • Pouvez-vous vous présenter?

On est un sextet hip-hop/rock n’roll lillois: 2 MCs, basse, batterie, guitare et DJ.

  • Comment s’est formé le groupe?

La formation actuelle date de 2014, avec l’arrivée des deux chanteurs. On se connaissait déjà avant pour avoir partagé la scène dans différents groupes. Tout s’est donc fait de manière assez naturelle, on s’est réuni autour de notre amour commun du gros son des années nonantes. On a sorti notre premier album, Gloomy Days, en Avril 2016. Il mettait l’accent sur le côté rock de notre musique (vous pouvez checker les clips de The Fine Art Of Terror et Think It Up! en ligne). On a pas mal tourné depuis, en France et Belgique notamment. 

  • Pourquoi ce nom?

« C’est quand tu crois que t’es fou, mais en fait tu l’es pas. » Eskarfesse (basse), 2016

  • Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la musique?

C’est le seul domaine de nos chiennes de vie où on ne rend de comptes à personne.

  • Comment décririez-vous votre musique?

Frontale, énergétique, groovy, vénère, aérienne, hilarante, rude, sexuelle, âpre, généreuse, détonante, acidulée, unificatrice, déviante, moite.

  • On peut parler de vos projets futurs? J’ai entendu parler d’un clip en Mars et de la sortie de votre 2ème album en Avril-Mai.

On sort effectivement notre 2ème album MACHINES le 30 Avril 2018, sur un pressage vinyle. Pour cette deuxième sortie, on a accentué notre facette hip-hop, en suivant nos envies d’explorations musicales. On a prévu de clipper 4 morceaux sur cette nouvelle sortie. Le premier, Psyko Waltz Vol.2, sortira le 19 Mars prochain. Les autres suivront après la sortie de l’album.

  • Des lives de prévus?

On est actuellement sur le booking 2018. Certaines dates sont confirmées, comme le Minga Fest (Ittres, BE), Le Qué P’Asso Fest (Le Puiset en Doré), le Mad Fest (Bourg en Bresse). Les autres seront annoncées au fur et à mesure sur nos réseaux sociaux. On va essayer de sillonner la France de long en large, aller voir du pays en Belgique et Allemagne.

  • L’interview est finie, le mot de la fin?

Merci à toi, bougez vous en concert, lisez des livres, déconnectez, allez prendre le soleil, faites le sexe consenti aussi souvent que possible. « Peace », Eskarfesse, 2012.

La chronique de WOM: Holispark-« Sonic Bloom »

Par défaut

Encore une fois aujourd’hui, je vous propose de découvrir un nouveau groupe de la scène rock française. Après un voyage à Clermont-Ferrand avec Dragon Rapide la dernière fois, direction le Nord pour découvrir les lillois d’Holispark.

Le groupe est composé de 5 membres: Manon (Chant), Kévin (Guitare), Nico (Guitare), Max (Basse), Roch (Batterie). Le groupe vient de sortir le 2 Février son tout 1er album Sonic Bloom, qui succède à l’EP The Harvest sorti en 2016. Verdict:

  • Emotionally: Un morceau qui plonge direct dans l’univers du groupe. L’instru me fait penser à du Pvris et la voix de Manon à celle de la regrettée Dolores O’riordan des Cranberries. Et j’adore!
  • White Flag: Un très bon titre, qui vous fera bouger la tête sans aucune hésitation. Sur celle-ci, la voix de Manon peut faire penser à celle d’Hayley Williams, la chanteuse de Paramore.
  • Target: Une chanson qui accentue le fait qu’il y a une certaine inspiration issue de Paramore dans le style d’Holispark.
  • Bitter Boy: Un très bon titre bien rock, qui peut rappeler un peu ce que fait Marmozets. Et ça déchire!
  • Sunset: Pas grand chose à dire! Un très bon morceau dans la veine de ce que l’album propose.
  • Failed Escape: Un très beau titre un peu plus posé que les autres, et j’adore. L’instru peut rappeler un mix entre Paramore et Suzanne Vega.
  • Good Wave: Pas le temps de niaiser, retour au bon gros rock façon Pvris avec cette piste. La voix de Manon est vraiment puissante et j’aime beaucoup.
  • Hope: Du très très très lourd ce titre! Il vous fera danser et headbanger à mort, je peux vous le promettre.
  • Trapped: Rien à dire, encore un très bon morceau rock où la batterie et la guitare domine sur le reste. Une bonne dose de bon décibels qui claquent!
  • The Shadow: Vous les savez, j’adore les chansons qui possèdent un titre sombre. Et celle-ci ne déroge pas à la règle. On a ici des influences venant de Pvris, Paramore mais aussi Biffy Clyro, et tout ça donne un très bon cocktail de la part d’Holispark.
  • Call Me When It’s Over: Quoi de mieux pour un grand final que de pousser les décibels encore plus loin? C’est ce qu’Holispark fait parfaitement avec ce titre, qui nous donnerait presque envie d’en écouter encore plus!

En bref: un très bon premier album de la part d’Holispark. J’aime beaucoup leur style de rock niché entre Pvris, Paramore, Biffy Clyro et d’autres. Je vous invite donc fortement à découvrir cet opus le plus vite possible.

Sachez aussi que le groupe attaquera dans les prochaines semaines sa tournée 2018, avec notamment un gros concert au Royal Variétés d’Arras le 24 Mars, dont The World Of Music et partenaire!

Et pour ceux qui voudraient en découvrir plus sur le groupe, une interview avec les 5 membres d’Holispark sera postée ici-même lundi matin à 11h. Notez bien la date!

La chronique de WOM: Dragon Rapide-« See The Big Picture »

Par défaut

Aujourd’hui, je vous propose via cette chronique de faire connaissance avec un nouveau groupe de la scène française du nom de Dragon Rapide. Derrière ce nom se cachent trois amis, Syd, Pog et Jimmy, tous originaires de Clermont-Ferrand.

Le groupe vient d’entrer dans la cour des grands en sortant leur 1er album See The Big Picture le 2 Février chez Freemount Records. Il est disponible en CD, vinyle, digital et cassette.

Je vais donc vous faire un décryptage de ce 1er essai titre par titre, en quelques mots:

  • I Don’t Want To: Une intro qui met directement dans le bain. Le morceau me fait un peu penser à Fly Away de Lenny Kravitz.
  • Sucker Punch: Un très bon morceau rock. Pas grand chose à dire de plus dessus.
  • Bummed: Un morceau rock très dansant, qui fait parfois un peu penser à du Phoenix.
  • Astoria: J’adore ce morceau! L’ambiance est très 80′ et dansante, c’est franchement très bon!
  • Nostalgia: Un morceau toujours rock, qui parfois peut ressembler à Rape Me de Nirvana.
  • Soul Doctors: Pour moi, ce morceau a globalement une ambiance plus calme que les autres qui ont précédé, tout en restant rock évidemment. Un bon marqueur de la moitié de l’album.
  • Ugly Face: Mais à qui peut bien être destiné ce morceau? En tous cas il est très réussi! À certains moments, les voix me rappellent un peu celle de Frah de Shaka Ponk.
  • Odyssey: Pas grand chose à dire! Très bon morceau et très belle aventure à suivre.
  • Something New: Un très bon morceau rétro, dans la lignée de ce que propose l’album.
  • Out Of Time: Un morceau que j’ai trouvé un peu plus obscur, et j’adore ça!
  • Never Be The Same: Rien à dire! Un très bon morceau à l’ambiance rétro, dans la veine du reste de l’opus.
  • Soon A Son: Un morceau plus animé, qui m’a rappelé à certains moments We Are Bastards de Skip The Use.
  • Spinning Top: Le grand final. Il se modélise sous la forme d’un morceau mi-calme mi-animé qui est très réussi, comme tout l’album!

En bref, See The Big Picture est un très bon 1er essai de la part de Dragon Rapide. Les fans de rock aux sonorités anciennes façon 80′ trouveront leur bonheur au sein des titres qui ne sont pas trop longs (entre 2:20 et 3:30) environ. Une découverte à faire d’urgence!

L’interview de WOM: INCA

Par défaut

Non ne vous inquiétez pas: ce n’est pas un voyage en Amérique du Sud que je vous propose mais bien en France afin de découvrir un nouveau talent de notre scène nationale. Sous ce nom se cache en fait Fabien Incardona, que certains d’entre vous ont certainement connu dans le rôle de Méléagant dans la comédie musicale La Légende du Roi Arthur de Dove Attia il y a quelques années. WOM a pu s’entretenir avec l’artiste. Rencontre:

  • Salut Fabien, et merci d’avoir accepté cette interview! Tout d’abord, comment ça va?

Bonjour! Merci, ça va très bien, je démarre cette année avec plein d’idées en tête!

  • Peux-tu te présenter pour les lecteurs qui ne te connaîtraient pas?

Pour ceux et celles qui ne me connaissent pas je suis auteur compositeur interprète dans un style Pop-rock et j’ai été la révélation de la comédie musicale de Dove Attia La Légende du Roi Arthur. Vous pouvez me découvrir un peu plus sur mon site www.incaofficiel.com!

  • Depuis quand fait-tu de la musique?

J’ai commencé à chanter à l’âge de 8 ans!

  • Qu’est-ce qui t’as donné envie d’en faire?

Chanter chez moi c’est inné!

  • Tu as été révélé aux yeux du grand public en jouant le rôle de Méléagant dans La Légende du Roi Arthur de Dove Attia il y a quelques années. Que retiens-tu de cette expérience?

La Légende du Roi Arthur fut pour moi une grande expérience humaine et artistique. J’en garde de très bons souvenirs grâce à ce rôle fabuleux que j’ai eu un grand plaisir d’incarner.

  • Tu es aussi passé par des télé-crochets: The Voice et Rising Star. Est-ce que ça a été une bonne expérience pour toi?

Je ne garde pas forcément une bonne expérience des télé-crochets mais ils ont été très utiles!

  • Ensuite tu as décidé de partir en solo. Pour quelle raison?

J’ai souhaité continuer en solo car j’avais déjà beaucoup d’œuvres à partager et un univers à faire connaître!

  • Pourquoi avoir choisi INCA comme nom de scène et pas ton nom entier?

J’ai fait un rêve il y a quelques années où je me retrouvais devant un avocat avec le contrat de mon 1er album. Au moment de le signer, l »avocat me demande si INCA est bien mon nom d’artiste, je n’y avais jamais pensé avant. Je me réveille à ce moment-là. Quelques jours après j’ai rendez-vous chez un oto-rhino pour contrôler mes cordes vocales, et il me dit dans la conversation sans aucune influence de ma part qu’INCA m’irait très bien. J’en ai été renversé. Coïncidence ou pas je l’ai pris comme un signe. Fabien c’est moi. INCA c’est l’artiste et je porte ce nom avec beaucoup de joie.  

  • En octobre 2017 tu sors ton 1er album, Je Vivrai. Peux-tu le présenter rapidement?

Mon album Je Vivrai c’est 12 chansons aux couleurs Pop-rock, représentatives de mon parcours.

  • Comment décrirais-tu ta musique?

Ma musique je la décrirais comme étant toujours basée sur la conception de grandes mélodies à la fois énergiques et mélancoliques.

  • Quels sont tes projets futurs? J’ai vu notamment que tu as déjà joué à l’international, en Chine par exemple.

Cette année je vais sortir un nouvel EP et faire des showcases et des concerts pour aller à la rencontre de mon public.

  • L’interview est terminée! Un dernier mot?

Merci pour cette interview. Je vous donne à tous rendez-vous à l’un de mes concerts qui seront annoncés prochainement! Je vous embrasse!

La chronique de WOM: Oyann-« Feel The Love » (EP)

Par défaut

Vous le savez si vous êtes un fidèle lecteur de mon site: j’aime beaucoup vous parler souvent des jeunes talents de la scène musicale française et mondiale dans cette section qu’est la chronique. Et aujourd’hui, je ne vais pas déroger à la règle.

Direction le sud de la France, et plus précisément Biarritz pour découvrir un jeune talent: Oyann. L’artiste a sorti en Avril 2017 son nouvel EP 5 Titres baptisé Feel The Love, dans lequel on retrouve notamment Pardonne-Moi, single dont le clip est sorti en Septembre 2017.

Que penser de cet EP? Décryptage des 5 titres qui le composent:

  • On commence avec Je Me Perds. Directement on est plongés dans l’univers musical d’Oyann: une pop assez obscure rythmée par la belle voix du chanteur. J’aime bien!

 

  • On enchaîne avec le titre éponyme Feel The Love. Il s’agit d’un morceau avec un peu plus de guitare, et qui possède des sonorités qui me rappellent celles de plusieurs titres de Placebo, comme Meds ou Post-Blue.

 

  • Le 3ème titre est le dernier single d’Oyann, Pardonne-Moi. Une belle ballade qui fait planer, encore une fois sublimée par la voix du chanteur. Je comprends tout de suite pourquoi ce titre est devenu un single.
  • Avant-dernier de l’EP: Le Temps. Un titre plus animé que le précédent, et dont le riff de guitare me rappelle un peu Renegades des X Ambassadors.

 

  • L’EP se termine sur Je T’aime Encore. Un très beau morceau final, dominé certes par la voix d’Oyann, mais aussi par les accords de guitare acoustique. L’ambiance générale rappelle un peu Natalie Imbruglia voir même peut-être Coldplay.

En bref: Oyann nous propose ici un court EP dans lequel on est plongé dans plusieurs styles de sonorités, et au final ça donne un très bon cocktail. À écouter au plus vite!