Christine&The Queens réagit face aux critiques sur son duo avec Booba

Par défaut

Dans le jargon d’Internet, on appelle ça le bad buzz de la semaine.

Si vous n’étiez pas au courant, Christine&The Queens a dévoilé mardi le clip d’Here, nouvel extrait de son superbe album Chaleur Humaine, qui voit la chanteuse unir sa voix à celle de Booba.

Inutile de vous dire que les avis sur ce très surprenant duo sont assez froids, un avis partagé par WOM.

Face à cet accueil mitigé, la jeune chanteuse a décidé d’écrire un long monologue sur sa page FB pour défendre les valeurs de cette chanson. Voici le texte en question:

« Here is where everything happened
A force force de lutter, je ne suis que géométries

Géométries, donc.
Il y a un an pile, j’écrivais ici pour raconter qu’une Half-Lady, ça existe souvent avec difficulté dans ce grand royaume du tout-lisse,
Et maintenant, me voilà à parler de nouveau de rugosité, d’aspérités.
Ce n’est pourtant pas faute de l’avoir toujours dit : Christine, c’est du danger.
J’ai un peu l’air d’une jeune fille, et pour ça on continuera malheureusement de me donner des tapes sur le bout du nez, sait-elle seulement ce qu’elle fait ?
Je sais. J’écris.
Je suis née en France. Je regarde.
Je vois des lignes qu’on ne franchit pas.

En géométrie, quand il y a des trajectoires qui se croisent, on parle d’intersectionnalité.
Je suis venue vers Booba avec cette chanson, qui est comme je l’ai dit, une chanson de survivant.
Nos trajectoires se croisent, car il y a effectivement un recoupement très important :
La colère, le verbe, nous sommes tous les deux dedans.

Si je ne suis brusquement plus respectable après l’avoir invité lui, alors je préfère attendre de gagner le respect en continuant à faire bouger les lignes.
Pourquoi si différents, sur la même bagnole ? La réponse est ouverte comme mes textes. Je suis collectionneuse de questions. Mais voici quelques éléments de réponse :
C’est une féministe qui a écouté Temps Mort, c’est un rappeur qui a sorti un titre zouk l’année dernière.
Ces informations ne s’annulent pas, elles dessinent simplement des espaces plus complexes que prévu. Il y a surprise, contradiction ; j’accueille ces contradictions car elles font aussi partie de moi. Elles ne m’empêchent pas d’avoir des convictions profondes. J’aimais déjà les textes de Kanye et Booba quand j’ai écrit Chaleur Humaine ; et c’est pour l’amour de la punchline que j’ai fait mon make-up au mercurochrome.

Je m’assois avec mon pantalon masculin, ma chemise ouverte sur mes petits os de jeune fille blanche, queer et féministe, je suis chez moi dans la chanson que j’ai écrite, 
Il me rejoint entièrement vêtu de sa marque, il s’est vengé en se construisant un empire, il a la métaphore crue qui déverrouille.
Je nous aime bien ensemble, sans renoncer à rien, en un espace, un sentiment particulier :
la colère, le verbe.

Je vais continuer de provoquer des rencontres inattendues, justement parce que je considère que la production musicale française devrait être un territoire plus accueillant que le nôtre. Je ne crains pas l’impureté du mélange – justement parce que je suis de culture queer. Ce qui m’effraie, en revanche, c’est que la culture du rap soit encore aussi méconnue en France, et qu’une collaboration comme la nôtre puisse encore paraître absurde.

Ce n’est pas une rencontre absurde. C’est une rencontre surréaliste. Nos deux voix se marient curieusement pour finalement se répondre, comme un cadavre exquis.
Voilà deux survivants, très différents sur la même bagnole, à l’heure même où l’on choisit de voter sur qui faire partir d’ici, et qui tolérer encore. Plaira, plaira pas, c’est l’affaire de chacun et je le respecte. Mais que ceux qui m’accusent (violemment, et sans nuances) de renoncer à tout ce qui fait la force et le courage de mon personnage regardent une nouvelle fois le clip : il n’y a ici que Christine, qui lutte et lutte encore.

Je vais continuer à être cette présence rugueuse et imparfaite, je vais continuer d’aller exactement où j’ai envie ;
Ma mâchoire carrée de boxeuse, c’est pour encaisser le reste.

Bien à vous et lots of love,

Christine »

Que pensez-vous de cette réponse?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s