Muse: Un concert événement à la Tour Eiffel…en demi-teinte

Par défaut

C’était le concert le plus attendu de cet Euro 2016 organisé en France. Après avoir reçu bon nombre d’artistes pour un plateau TF1 avant un immense show du DJ planétaire David Guetta, la Fanzone de Paris (située sur le Champ De Mars) a accueilli hier les déjantés britanniques de Muse accompagnés des excellents musiciens américains de X Ambassadors, pour une soirée exceptionnelle et historique au pied de la Tour Eiffel.

Les portes se sont ouvertes aux alentours de 17h, après que le public ait pu entendre au loin les répétitions d’X Ambassadors qui préparaient leur tube Renegades. Certains fans ont couru, d’autres (comme moi) y sont allés tranquillement: résultat mes amis et moi avons fini environ au 10ème rang de la barrière qui séparait la pelouse de la pelouse or, nous procurant ainsi une excellente vue de la scène globale et de la Tour Eiffel qui se trouvait juste derrière. Et c’est parti pour 3h30 d’attente ponctuée par 2 spots des partenaires NRJ et M6 passant en boucle au milieu de différentes pubs.

Il est 20h30 lorsque la première partie entre sur scène. Comme je le disais, il s’agit du groupe de rock américain X Ambassadors. Après avoir salué le public en français et expliqué qu’ils sont là ce soir pour nous chauffer avant Muse, le chanteur Sam Harris et ses amis débutent la soirée avec Loveless. La soirée est un grand défi pour eux: faire oublier le fiasco de leur show à Glastonbury mardi matin (où leur matos a rendu l’âme) et tester leur nouveau guitariste arrivée après le départ de Noah Feldshuh il y a quelques jours… En tous cas le public est plus que réceptif et accueille les garçons à bras ouverts.

Le groupe continue alors leur set avec Hang On, autre extrait de leur magnifique 1er opus VHS, dont une réédition a vu le jour il y a peu sous le nom de VHS 2.0.

Pour la suite, ils nous sortent une chanson plus ancienne: Love Songs Drugs Songs qui met totalement le feu à la Fanzone.

Après ça, Sam s’adresse une nouvelle fois au public afin de présenter la chanson suivante. Il nous explique qu’elle a été écrite avec Imagine Dragons: il est donc logique que X Ambassadors nous joue alors Fear, un morceau que j’aime beaucoup.

Mais la suite me plonge dans un paradis musical. En effet, les 4 amis enchaînent avec leur tube Unsteady, après une merveilleuse intro au synthé de Casey Harris (qui est aveugle) acclamée par toute la Fanzone. Sam Harris n’hésite pas à laisser ceux qui connaissent la chanson l’accompagner. Un moment très émouvant.

La chanson suivante est une surprise pour moi, puisque X Ambassadors décide de nous interpréter son dernier single Low Life, morceau que Sam dédie à toutes les personnes qui parfois se sont senties tristes dans leur vie: un peu près tout le monde quoi!

Mais pas question de laisser l’émotion s’installer! On enchaîne alors avec Jungle, probablement le morceau le plus puissant de tout leur set! Le public saute, danse et bouge la tête, ce qui prouve bien que les 4 Américains ont largement réussi à chauffer le public de la Fanzone.

Sam va ensuite de nouveau dédicacer une chanson au public parisien: Gorgeous. Si dès le départ beaucoup de gens dans le public semblent ne pas connaître la chanson, ils se mettent quand même vers la fin à chanter le refrain, qui je dois l’avouer est assez entêtant!

Profitant de cette occasion, Sam et ses amis décident de mettre fin à leur show avec le tube parmi les tubes: Renegades. À ce moment-là le public est clairement à son maximum: ça chante sur tous les refrains et même les choeurs, et cela tout en dansant. Sam Harris oubliera d’ailleurs ce soir son solo de batterie pour prendre un petit bain de foule à la barrière des pelouses or.

Au final, X Ambassadors se sera montré fidèle à mes espérances. On a eu un groupe heureux d’être là et de vivre un tel moment avec nous. J’ai beaucoup aimé le fait que Sam Harris soit hybride, passant de la guitare électrique à l’acoustique, à la basse ou au saxophone, et se prenant même pour Matt Bellamy en jetant sa guitare en plein milieu du set.

Bref, il est 21h10 environ lorsque X Ambassadors quitte la scène. La fanzone devra attendre plus de 40 minutes puisque c’est aux alentours de 21h50 que Matt Bellamy, Chris Wolstenholme et Dom Howard entrent sur scène au son de Drill Sergeant suivi de Psycho. Du côté de la scène, elle est exactement identique en tous points à celle que nous avons pu voir à Glastonbury: 12 écrans géants en forme de blocs, qui font que Muse a donné à sa scène des Festivals 2016 le nom de « Tetris Stage ». Petite surprise: Matt nous présente une toute nouvelle guitare Manson DR-1, sa fameuse guitare couleur vert militaire. Après avoir endommagé à Glastonbury la version Drone:00 en la lançant sur un ampli, c’est la Drone:03 qui a fait son grand baptême hier soir.
a3046606992_16

Après un chaleureux « Bonsoir Paris! » en français, Matt décide de lancer immédiatement Plug In Baby, le seul et unique morceau de leur 2ème album qui sera joué ce soir. Le public est en transe, encore plus lorsque la Tour Eiffel se met à scintiller à partir du 2ème couplet

Après avoir pris de nos nouvelles en nous demandant si nous allions toujours bien, Matt décide de faire revenir sur scène sa Manson Holoflake, absente du concert à Glastonbury, avec elle il nous interprète deux morceaux: Dead Inside et Map Of The Problematique ponctuée une nouvelle fois du riff de Who Knows Who, le duo entre Muse et The Streets daté de 2009.

Matt et Chris quittent alors la scène, laissant Dom et Morgan seuls sur scène. Sans surprise c’est Isolated System qui est lancée, permettant à Morgan de faire un solo de claviers et à Dom un solo de Drumpad avec l’aide chaleureuse du public parisien. Petit à petit, un marionnettiste à l’effigie d’Elle Evans (la chérie de Matt Bellamy) apparaît, et de ses mains sortent des fils qui viennent s’attacher à Matt et Chris, mais aussi à Dom (ce qui n’était pas le cas en mars à Bercy). Les trois compères se libèrent de son emprise à l’aide de leur titre The Handler, qui met le feu au public!

Après avoir vaincus leur adversaire, c’est à Matt que revient la tâche de lancer le titre suivant. Ni une ni deux il se saisit de sa Manson M1D1 Stealth et rend hommage au grand Jimmy Hendrix en interprétant quelques notes de Voodoo Child. Ses amis le rejoindront ensuite afin d’interpréter 2 tubes de leur album Black Holes and RevelationsSupermassive Black Hole et Starlight, avec l’arrivée des fameux Hullaballoons à la fin.

Puis Matt quitte de nouveau la scène, mais seul cette fois. Chris et Dom lancent alors le Drones Drum&Bass renommé en Munich Jam par les fans, qui bien évidemment adorent ce petit interlude. Après un moment de folie de la part de Matt, qui lance un « Dominic Howard à la batterie, et Chris Woooooooolstenhooooooolme à la basse », le public devine sans problème que c’est Madness, tube de l’album The 2nd Law qui va alors raisonner.

La suite du set sera assez surprenante. En effet, alors que tout le monde pensait assister à la résurrection de JFK, il n’en est rien! Muse nous propose de nous battre en lançant le 1er live de Resistance dans ce Drones Festival Tour 2016 avant d’enclencher deux tubes d’AbsolutionInterlude/Hysteria (suivi de la dédicace à AC/DC avec le solo de Back In Black) et Time Is Running Out (Précédé par l’excellent Jimmy Jam, qui était une bonne surprise!

Pour terminer le set principal, place au meilleur morceau de leur dernier album DronesThe Globalist. Le public plane pendant les parties calmes et saute partout pendant la partie puissante. Il faut dire qu’assister à un live de cette masterpiece dans un tel cadre renforce fortement le sentiment de merveilleux. Point d’orgue: la Tour Eiffel se remet à scintiller au moment de la partie au piano du morceau.

Pour séparer les deux parties de son show, Muse choisit bien évidemment la bande son de Drones. Je n’ai jamais autant adoré ce morceau qu’hier, en regardant la Tour Eiffel briller de mille feux.

Pour le rappel, Muse fait dans le classique en changeant légèrement l’ordre des 3 morceaux présents. On commence avec Mercy, que j’ai trouvé décevante et fade alors que pourtant j’adore ce titre: conséquence de l’absence des confettis? Peut-être…

Pour réveiller, Muse lance ensuite Uprising. C’est à ce moment là que Matt décide de réagir face au Brexit, en nous lançant « Nous aimons la France! Nous aimons l’Europe! ». Le public chante à s’en exploser la voix sur tout le morceau. En 3 concerts de Muse passés en fosse je n’avais jamais vu un tel public.

Du coup, il est hors de question pour Muse de calmer l’ambiance, mais malheureusement il est aussi temps de terminer le show… C’est donc avec Knights Of Cydonia que Muse nous dit au revoir, après 1h30 de show.

Bilan: un concert assez mitigé pour moi. L’ambiance était électrique (ce qui était génial) mais la setlist était trop plate, trop commerciale et fade même si elle a plu aux 50000 personnes présentes. On a assisté au même souci qu’à Glastonbury, à savoir que Muse n’a pas su faire rimer « Histoire » et « Surprise ». D’autre part, à aucun moment durant le show Matt n’a fait référence à la Tour Eiffel (même si elle était dans leur dos), ce qui pouvait donner l’impression que Muse ne savaient pas trop où ils étaient, juste à Paris… On aurait pu les faire jouer à l’Hippodrome de Longchamp ou au Parc de Bagatelle, ça aurait donné la même chose…

Pour moi, le Drones World Tour est terminé après trois dates, et le concert d’hier m’a un peu laissé sur ma faim, ce que pourtant je n’avais pas ressenti à Bercy. J’attends avec impatience de voir comment Muse évoluera sur sa prochaine tournée, parce que là ils sont certes entré dans l’histoire, mais de manière terne…

La Setlist de X Ambassadors
Loveless
Hang On
Love Songs Drugs Songs
Fear
Unsteady
Low Life
Jungle
Gorgeous
Renegades

La Setlist de Muse
Drill Sergeant
Psycho
Plug In Baby
Dead Inside (Riff Outro)
Map Of The Problematique (Who Knows Who Outro)
Isolated System
The Handler
Jimmy Hendrix’s Voodoo Child Intro+Supermassive Black Hole
Starlight
Munich Jam (Drones Drum&Bass)
Madness
Resistance
Interlude+Hysteria (AC/DC’s Back In Black Outro)
Jimmy Jam+Time Is Running Out
The Globalist
Drones
Mercy
Uprising
Man With A Harmonica+Knights Of Cydonia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s