L’interview de WOM: Charlie Barnes

Par défaut

Le grand jour approche pour Charlie Barnes, ce jeune artiste britannique que vous connaissez sûrement comme membre du groupe Bastille depuis 2015. En effet, c’est vendredi que sortira son 3ème album solo Oceanography, 3 ans après le précédent opus, More Stately Mansions.

Dans le cadre de la promo de ce nouvel album, j’ai pu m’entretenir rapidement avec Charlie Barnes afin de lui poser quelques questions. Rencontre:

  • Salut Charlie! Qu’est-ce que ça fait de sortir ton 3ème album?

Salut! En fait je ne compte pas vraiment mes travaiux solo précédents comme des albums. C’étaient plutôt des démos glorifiées et des projets universitaires. Mais ne vous méprenez pas, ça fait partie de mon aventure, mais je considère qu’Oceanography est mon 2ème album solo. Avant More Stately Mansions j’étais toujours en train de chercher vers quoi je voulais m’orienter, et créer cet album a été le vrai début de tout ça. Je suis vraiment impatient de sortir Oceanography, je pense que ça va amener ce que j’ai voulu faire sur More Stately Mansions à une nouvelle place; plus organisé, plus aiguisé, et pour moi un peu plus excitant.

  • Pourquoi avoir appelé cet album Oceanography?

Le mot a plusieurs sens pour moi. Pour les débutants c’est une référence légèrement voilée à mon groupe préféré. Plus encore, c’est aussi une sorte de référence à comment tu peux te sentir quand tu suis ton rêve de faire de la musique, surtout aujourd’hui avec Internet qui a changé l’accès et la valeur du divertissement. Tu peux te sentir comme une goutte dans l’océan proverbial. Bien sûr, tous ceux qui sont réellement impliqués dans le domaine de la recherche océanographique vont vraiment détester la manière dont j’ai utilisée cette référence, surtout dans le titre éponyme.

  • Comment as-tu composé l’album?

Pour la plus grande partie, ça c’est fait en tournée, dans le studio de mon producteur chez lui ou chez moi. On a passé quelques jours aux studios Chairworks dans le Yorkshire pour enregistrer la batterie, et une semaine dans un beau chalet dans le nord du Pays de Galles pour enregistrer la guitare et une partie du chant, mais l’album a surtout été l’affaire de mon producteur, Steve Durose et de moi-même. On travaillait séparément et on s’envoyait des fichiers par e-mails.

  • Combien de temps as-tu pris à concevoir l’album?

Les enregistrements les plus anciens qui ont fini sur l’album datent de sessions que j’ai faite dans mon vieil appartement en Octobre 2014. On a fini l’enregistrement en Octobre 2017, donc ça a pris 3 ans, mais la majeure partie de ces 3 années est passée sans même ouvrir les fichiers. Il y a eu une longue, longue période de gestation.

  • Aura t’on droit à des singles avant la sortie?

Oui! Il y en a déjà deux: All I Have et Will & Testament.

  • Quelles sont tes chansons préférées de l’album?

Ruins est ma favorite sans hésitation. Mais il y a Bruising aussi que j’ai le plus souvent en tête.

  • Une tournée pour défendre l’album?

Il y aura des concerts! On travaille dessus, et j’ai commencé ma tournée britannique à Leeds hier.

  • Comment as-tu été remarqué par Bastille en 2015?

Mon ami Stephen, qui a fait partie du groupe REVERE, m’a appelé un soir pour me dire qu’un de ses amis recherchait quelqu’un pour rejoindre le line-up live d’un « groupe d’arènes ». Il m’a mis en contact, j’ai fait une audition, et le reste est devenu mon histoire ridiculement excitante.

  • Tu as joué avec eux au Zénith de Paris l’an dernier. En tant que grand fan de Muse, comment t’es tu senti en jouant sur cette scène?

C’était un grand moment pour moi. C’était la 1ère fois que mon père a pu me voir jouer avec Bastille, et ayant passé de nombreuses années de mon adolescence à sauter dans mon salon en jouant devant Hullabaloo en VHS (oui oui, en VHS!), c’était un immense plaisir de pouvoir jouer sur cette scène. D’ailleurs, j’ai joué un petit bout de Muscle Museum ce soir-là, comme un salut poli.

  • Sera-tu encore musicien pour Bastille pour les concerts de leur 3ème album et de la 4ème mixtape qui arrivent?

On verra bien. Ça a été un plaisir absolu jusqu’à maintenant. Mais je serai présent pour leur tournée acoustique Reorchestrated en Avril. Je ferai d’ailleurs leur 1ère partie avec To Kill A King.


The big day is coming for Charlie Barnes, the young british artist that you may know as the live musician from the band Bastille since 2015. Indeed, he’s going to release his 3rd record Oceanography thid friday, 3 years after the 2nd More Stately Mansions.

As he is actuall doing the promotion for this record, I had the chance to quickly chat with Charlie Barnes to ask him some questions. Meeting:

  • Hi Charlie! How does it feel to release a 3rd solo record?

Hi! I don’t really count my earlier self-released stuff…that was all sort of glorified demos and University projects.  Don’t get me wrong, it’s all part of the journey, but I think of Oceanography as my second solo record.  Before More Stately Mansions I was still working out what I wanted to do, but making that album really felt like the true beginning.  I’m really excited about releasing Oceanography, I think it takes what I was trying to do with More Stately Mansions to a new place; streamlined, honed, and, for me, a bit more exciting.

  • Why did you gave it the name Oceanographic?

The name Oceanography has a couple of different meanings for me.  For starters, it’s a thinly veiled reference to my favourite band in the world.  Beyond that, it’s kind of a reference to how it can feel when you’re trying to pursue your dream of making music, especially nowadays with how the internet has changed the way we access and value our entertainment.  You can feel like a drop in the proverbial ocean.  Of course, anybody who is involved in the actual field of oceanographic research will fucking hate how I’ve used the reference, especially in the title track…

  • How was the album made?

For the most part, it was made either on tour, in my producer’s home studio, or in my spare room at home.  We had a brief few days at Chairworks studio in Yorkshire to record the drums, and a week at a lovely cottage in North Wales to record guitars and some of the vocals, but mainly this album was a case of my producer, Steve Durose, and I, working separately and sending files back and forth to each other by e-mail.

  • How long did it took to make it?

The oldest recordings on there are from some demo sessions I did in my old flat in October 2014.  We finished recording in October 2017, so it was three years, however the majority of those three years were spent without the files ever being opened.  It had a long, long gestation period.

  • Are we going to have some singles before the release?

Yup! I’ve already released two: All I Have and Will & Testament.

 

  • Which are your favorite songs on the record?

Ruins is my standout favourite.  Bruising is probably the one that gets stuck in my head the most.

  • Will you tour the new album?

There WILL be some live shows.  We’re working on that… And I’ve started my UK Tour last night in Leeds.

  • How did you got discovered to join Bastille since 2015?

My friend Stephen, who played in the band REVERE, called me one night saying a friend of his was on the lookout for somebody to join the live lineup for an ‘arena band’.  He put me in touch, I did an audition, and the rest is my ludicrously exciting history.

  • You played with them in the Zenith in Paris last february. As a huge Muse fan, how did you feel to play in that venue?

That was a big highlight for me.  It was the first time my Dad got to see me play live with Bastille, and, having spent plenty of my teens jumping around my living room playing along to the Hullabaloo VHS (that’s right, VHS), it was an enormous pleasure to get to take to that stage.  I threw in a little bit of the lick from ‘Muscle Museum’ as a polite nod.

  • Will you still be a musician for Bastille on their 3rd album and 4th Mixtape’s era?

We’ll see.  It’s been an absolute thrill so far. But I’ll be here for their acoustic Reorchestrated Tour in April. I will also open for them with To Kill A King.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s