La chronique de WOM: Headscape-« A Blast From The Past » (EP)

Par défaut

Ce n’est pas parce que c’est le weekend que je vais me taire sur cette belle découverte que j’ai pu faire sur la scène rock française du Nord. Car oui, un autre groupe lillois s’est révélé à la face de la France depuis hier. Son nom: Headscape.

Headscape est un quintet composé de Sylvain (Chant, Guitare), Sébastien (Guitare, Choeurs), Théo (Claviers, Violon), Alexandre (Batterie) et Antoine (Basse, Choeurs). Le groupe s’inspire d’artistes divers et variés, comme Coldplay, Imagine Dragons, Editors, Incubus, Pink Floyd, Foals ou encore Jeff Buckley Les 5 amis viennent de sortir leur tout 1er EP baptisé A Blast From The Past et ils ont fêté ça en jouant une belle Release Party à l’International, à Paris.

Au menu de cet EP: 5 titres, dont un single qui porte le même nom que le disque. Comme d’habitude, je vais vous décrire mes impressions sur chaque piste en quelques mots, puis vous donner mon ressenti global de l’album. Décryptage:

  • A Blast From The Past: Le single promotionnel de l’EP, sorti le 23 Février. On a ici un morceau qui sonne très rétro, et dont le riff de guitare principal me rappelle un peu Making Plans For Nigel d’XTC. Du très haut niveau pour démarrer!

 

  • Preacher: Un très beau morceau plus calme que le précédent. Celui-ci sonne comme du Pink Floyd et vous fera irrémédiablement planer. J’aime beaucoup!

 

  • Still In Limbo: Cette chanson me rappelle un peu une sorte de mélange entre l’univers de Depeche Mode et le Smalltown Boy de Bronski Beat. La voix du chanteur Sylvain me rappelle un peu celle du chanteur d’Eskobar, groupe au tube éphémère qui a rythmé l’adolescence de nombreux jeunes de mon âge.

 

  • 2 Sheets: Pas grand chose à dire sur ce titre, il est très bon et puissant comme le reste de l’EP.

 

  • 6.35: Un mystérieux morceau pour terminer l’EP, qui éveille la curiosité sur l’origine de son titre, car il ne s’agit pas de sa durée. Celle-ci est de 6min29, faisant de cette piste la plus longue de tout l’EP. Les notes de guitare qu’on entend en intro puis ensuite en fond me font un peu penser à du Modest Mouse. Pour le reste, 6.35 constitue effectivement un très bon final à cet EP car il ressemble à un résumé de celui-ci: des parties très rock mélangées à des sections plus douces.

En bref, les références soulignées par Headscape comme leurs influences ne sont pas choisies au hasard. On retrouve en effet certaines dans les 5 titres de l’EP (comme Foals, Editors et Pink Floyd qui ressortent plutôt bien), auxquelles on parvient aussi à en rajouter d’autres. L’univers du groupe est très intéressante et devrait facilement pouvoir trouver son public. Je pense qu’Headscape a une bonne carrière qui arrive, mais c’est à vous de juger en écoutant l’EP par vous-mêmes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s